Pour un Grenelle de l’Unedic

fondation-copernic-la-grece-n-a-pas-a-se-plier-a-l-austerite_5397706-XL

L’indemnisation du chômage est un territoire peu connu voire ignoré. Pourquoi l’Unedic est-elle en déficit ? Est-ce, une fois de plus, aux chômeurs d’en payer le prix ? Les entreprises n’ont-elles pas engrangé des profits invraisemblables ? N’ont-elles aucune responsabilité sociale concernant l’état de l’emploi ?

Il n’y a concernant l’Unedic aucune information publique soumise à contradiction, aucune transparence des comptes et des dépenses. C’est avec cette culture du secret et de la dissimulation que la Fondation Copernic veut rompre, en réclamant, ici comme ailleurs, la transparence des comptes et des débats.

Cette Note veut ainsi contribuer à éclairer un pan entier de notre protection sociale, objet de reculs incessants et terrain d’expérimentation de la pensée et de l’action libérales.

Que voulons-nous ? Un « Grenelle de l’Unedic », une négociation d’ampleur qui réunirait toutes les parties concernées, appuyés sur un rapport de forces significatif. Une table ronde pour une nouvelle sécurité économique et sociale. De nouvelles garanties, pour de nouveaux droits individuels et collectifs.

Il s’agit désormais d’inventer ces droits nouveaux et c’est à cette tâche que cette Note s’attelle en mettant en débat des propositions pour une nouvelle Sécurité économique et sociale profondément démocratisée. Écrite par des militants et des chercheurs, elle se veut un outil pour les mobilisations à venir.

arton89-47f97

Contributions de Robert Crémieux, Didier Gélot, Christine Lanoizelez, Dominique Mezzi, Marc Moreau, Willy Pelletier, Claire Villiers, Malika Zediri.

  • Parution : septembre 2003
  • Pages : 166 pages
  • Format : 105 x 165
  • ISBN : 2-913165-97-4
  • Disponible au prix de 7 euros chez Syllepse