Résister au sécuritaire

arton23-a11d5

Depuis 2002, les gouvernements de droite ont intensifié les dynamiques sécuritaires dans les quartiers populaires au travers de différentes mesures : transformations des modes d’intervention de la police, édiction de lois répressives par rapport aux populations socialement fragilisées, contrôle renforcé des associations par une gestion restrictive de financements.

Au-delà de ces signes manifestes, c’est un projet politique sécuritaire qui s’élabore et qui transforme profondément les rapports et les missions des institutions publiques avec les personnes en situation de précarité sociale.

Dans ce livre, les auteurs (chercheurs, élus et responsables associatifs) montrent comment, dans les quartiers populaires, la ségrégation sociospatiale, la pénalisation de l’éducation et de la justice et l’ethnicisation des rapports sociaux fondent ce projet sécuritaire. La ségrégation sociospatiale intensifie les ruptures entre les populations et crée des lieux d’enfermement pour les plus pauvres.

Rendre les ménages en difficultés sociales personnellement responsables de leurs situations, les désigner comme étant potentiellement dangereux, transforment les missions et les modes de travail des champs éducatifs, judiciaires et sociaux.

Enfin, ethniciser les rapports sociaux permettent d’expliquer de façon fausse et simplificatrice les dynamiques sociales à l’œuvre et leurs effets quotidiens sur les façons de vivre ensemble. Or, aujourd’hui, ce mode d’approche, qui se renforce, stigmatise de plus en plus les personnes issues de l’immigration.

Le livre décrit ensuite, au travers de l’analyse concrète d’une politique locale comment ces trois processus font système et construisent un projet sécuritaire « à la française », prenant appui sur l’histoire des institutions et de leurs savoir-faire. La politique menée par la municipalité d’Orléans en est aujourd’hui un exemple significatif.

Son analyse, réalisée par un groupe de travail mis en place par la Fondation Copernic a aussi pour objectif de construire les conditions d’une résistance active à cette dynamique sécuritaire.

Table des matières :

  • Introduction
  • 1. Ségrégation urbaine et territoire
  • 2. Ethnicisation
  • 3. Une approche punitive de l’éducation et de la justice,
  • 4. Comment se met en place dans une ville un poste avancéde la politique sécuritaire : l’exemple d’Orléans
  • Conclusions / Notes et bibliographie

  • Parution : novembre 2006
  • Pages : 148 pages
  • Format : 105 x 165
  • ISBN : 2-84950-117-4
  • Prix : 7 euros
  • Acheter en ligne chez www.syllepse.net