Voter et se taire ?

arton190-af63e

La démocratie française, tant célébrée par ceux qui n’ont rien à redire au monde tel qu’il va, n’est guère démocratique. La classe politique se referme sur elle-même. Sondeurs, publicitaires et médias influencent de plus en plus les visions politiques.

Les consensus entre les partis les plus établis s’élargissent. Les inégalités sociales face à la politique persistent et se reproduisent. Les femmes demeurent sous-représentées, malgré la loi sur la parité, et combien trouve-t-on d’employés, d’ouvriers, d’individus issus de l’immigration, parmi les députés, les sénateurs, les ministres ?

La présidentialisation du régime, qui se renforce, ne rendra évidemment pas les institutions françaises plus démocratiques. La démocratie n’est-elle d’ailleurs qu’une question de forme juridique ?

Démocratiser la démocratie, en étendre le périmètre : c’est l’objet de ce livre. Bref, comment augmenter les contre-pouvoirs et les interventions directes des citoyens, à tous les échelons, et d’abord localement ? Il y a encore tant à inventer. L’activité démocratique ne peut se réduire à voter – et à devoir ensuite se taire et laisser faire. La démocratie est une chose trop sérieuse pour être abandonnée aux professionnels de la politique.

Lire l’avant-propos de l’ouvrage (« La démocratie n’est qu’un mot »)

  • Éditeur : Editions Syllepse
  • Parution : novembre 2008
  • Pages : 144 pages
  • Format : 10,5×16,5
  • ISBN : 978-2-84950-19-24
  • Commander en ligne : Syllepse

Sommaire :

Avant- propos. « La démocratie n’est qu’un mot »Willy Pelletier (sociologue, Université de Picardie)

Partie 1 / Une démocratie confisquée

  • « Élections, pièges à cons ? » Quelques rappels historiques sur la démocratie délégataireChristophe Voilliot (maître de conférence en science politique, Université Paris X – Nanterre)
  • Professionnalisation et clôture du champ politiqueRémi Lefebvre (professeur de Science Politique, Université de Reims).
  • Continuité pour le cumul des mandats et « démocratie locale » Marion Paoletti (maîtresse de conférence en science politique, Université de Bordeaux IV)
  • La réforme de la constitution : plus de présidentialismeRoger Martelli (historien)

Partie 2 / Influences médiatiques ?

  • La politique à la télévision. De la légende à une réalité plus prosaïqueJacques Le Bohec (professeur en sciences de communication, Université Lyon 2)
  • L’empire des sondages ? Sondages et régime d’opinion Alain Garrigou (professeur de science politique, Université Paris X-Nanterre)
  • Est-il permis de dire « non » à l’Europe libérale ? Retour sur le traitement médiatique du référendum de 2005 et ses suitesAntoine Schwartz (GAP Paris X, Acrimed)