Les détenus sont-ils des citoyens ?

Il paraît qu’une démocratie se juge à l’état de ses prisons.

Depuis des années, parmi les « élites de la nation », le délabrement du système carcéral français est devenu objet de contrition obligé. Malgré le flot des discours compassionnels et les annonces de réformes sans cesse différées, la France n’en continue pas moins de présenter l’un des bilans les plus négatifs en Europe, en ce qui concerne, à la fois, la vie en prison et les droits élémentaires des prisonniers. La nouvelle loi pénitentiaire n’y change pas grand-chose.

Les détenus, lors de leur emprisonnement, cessent d’être des citoyens. Est-ce acceptable ? Par quels mécanismes ? Au prix de quel irrespect des libertés fondamentales ?

Mais il y a plus : les détenus, une fois leurs peines effectuées, ne redeviennent pas pour autant des citoyens de plein droit, sous de nombreux aspects.

Cela ne peut plus durer.

Pour changer les choses, autant les connaître en entier. C’est l’objet de ce Document de la Fondation Copernic, qui mêle les regards d’avocats, de magistrats, de militants de terrain. Cette contribution ne servirait à rien, si elle ne présentait en conclusion, des pistes pour qu’enfin les détenus redeviennent, pendant et après leur incarcération, des citoyens à part entière.

Les auteurs :

  • Florence Aubenas (présidente de l’Observatoire international des prisons)
  • Julien Bach (juriste)
  • Patrick Marrest (délégué général de l’Observatoire international des prisons)
  • Caroline Mécary (avocate au barreau de Paris, présidente de la Fondation Copernic)
  • Virginie Bianchi (avocate au barreau de Paris)
  • Willy Pelletier (sociologue, coordinateur général de la Fondation Copernic).
  • Évelyne Sire-Marin (magistrate, présidente d’honneur de la Fondation Copernic).

Parution : mars 2010
Prix : 7 euros
Pages : 128
Format : 105 x 165
ISBN : 978-2-84950-261-7