Dépendance, perte d’autonomie. Affaire privée ou Sécurité sociale ?

arton446-a139c

Le président de la République a décidé de faire de la dépendance une priorité.

On ne pourrait que s’en féliciter, si, derrière des propos qui se veulent humanistes et généreux sur la nécessaire dignité des personnes âgées, ne se profilaient des projets inquiétants.

Ils visent tous à remettre en cause les principes fondateurs de la Sécurité sociale basés sur la solidarité nationale. Il s’agit de privatiser la prise en charge des personnes en perte d’autonomie en faisant appel aux assurances privées.

Cette « expérimentation » pourrait servir d’exemple pour être ensuite étendue à d’autres risques couverts aujourd’hui par la Sécurité sociale. Pourtant, d’autres solutions existent  : étendre le champ d’intervention de la Sécurité sociale, financer les besoins par une meilleure répartition des richesses produites.

Enjeu de société essentiel, la gestion de la perte d’autonomie soulève à la fois la question des solidarités et celle de l’égalité entre les femmes et les hommes.

Les Cahiers de la Fondation Copernic : Dépendance, perte d’autonomie. Affaire privée ou Sécurité sociale ?

Les auteur-e-s :

  • Christiane Marty (coord.),
  • Catherine Bloch-London,
  • Jean-Luc Gibelin,
  • Gérard Gourguechon,
  • Pierre Khalfa

Éditions Syllepse, Paris 2011, 51 pages, 3 euros

Acheter en ligne chez Syllepse