Sélection universitaire : « Pas nés sous la même étoile… »

Sélection universitaire : « Pas nés sous la même étoile… »

Libération, 12 janvier 2018

DSCN5124_67012x1

Les paroles du groupe de rap IAM n’ont jamais sonné plus juste, à la veille d’une réforme annoncée – mais pas encore votée ! – touchant l’accès à l’université. Le gouvernement entend en effet instaurer des « attendus » nationaux et locaux – le flou n’étant pas le moindre des défauts de cette réforme – afin de « mieux orienter » les lycéens dans le choix de leurs études à l’université. Des millions de vœux seraient ainsi examinés, voire en partie automatisés ; selon quels critères ? Types de bac ? de lycée ? Notes de Première et Terminale ? Voire du Brevet des collèges ? Les idées ne manquent pas ! Tout cela donnerait lieu à un classement aboutissant in fine à une inscription dans la filière de leurs choix pour les « meilleurs bacheliers » que l’on commence à appeler les « bacheliers étoiles », et là où il reste de la place pour les autres. On ne le sait que trop : les inégalités scolaires s’enracinent largement dans des inégalités sociales (ce que les Anglo-saxons nomment « an accident of birth ») et accéder aux diplômes du supérieur c’est se donner plus de chances d’éviter le chômage, les jobs mal payés, les statuts précaires… Bref, le système scolaire reste l’un des piliers de la reproduction sociale certes, mais les efforts de démocratisation scolaire ont aussi aidé la mobilité sociale ascendante des classes populaires stabilisées et des (petites) classes moyennes, et cela on le dit moins.

Pour autant, le système scolaire français reste structurellement profondément inégalitaire. D’un côté des Grandes Ecoles et leurs classes préparatoires, pour lesquelles les élèves sont sélectionnés tôt, couvés dans des établissements au taux d’encadrement élevé et qui contribuent largement à la reproduction sociale (environ 50% d’enfants de cadres supérieurs et 15% d’enfants d’ouvriers-employés, alors que ces catégories représentent respectivement 25% et 50% de la population active). De l’autre, des universités aux capacités d’accueil réduites comme peau de chagrin, des personnels précarisés et des budgets de plus en plus contraints : la loi LRU (2007) a conduit à l’assèchement des caisses et à l’extrême mise sous tension des établissements universitaires, les rendant inefficaces pour mieux dénoncer leur incurie et imposer, au nom de l’autonomie, des mesures d’austérité. L’argent ne manque pas pourtant lorsqu’il s’agit d’alimenter Labex, Idex, chaires d’excellence, primes en tous genres pour « stars » de la recherche, sans parler des 5, 5 milliards du Crédit Impôt Recherche, devenu une véritable niche fiscale pour certaines entreprises et constituant autant de financements perdus pour la recherche publique.

Étrangement, cette inégalité structurelle massive est totalement absente de la réflexion gouvernementale. Et, à travers la réforme qui vient, c’est la première fois que s’exprime autant le refus de la démocratisation scolaire. Celle-ci ouvrait ce droit simple : permettre à ceux qui le souhaitent, une fois le baccalauréat obtenu – or, tout le monde ne l’a pas, 78 % de bacheliers dans une classe d’âge en 2016, 40% pour un bac général – de fréquenter l’université et la filière de son choix.

Malgré les démentis et les tours rhétoriques, c’est ce droit fondamental aux études qui est remis en cause. Le plan Etudiants n’est qu’une vaste machine à sélectionner et trier.

Les trois « piliers »  de l’argumentation gouvernementale sont bien fragiles :

  • On nous assène des chiffres qui font peur : selon les lieux (Assemblée, médias) et les personnes (ministre, députés LRM…) qui s’expriment, on parle de 50 à 70 % d’échec en licence ! Pourquoi pas 80% ou plus ?! Quand on en est à ce niveau d’approximation, tout est dicible. On agite la peur, toujours, avec un maitre-mot : l’échec. Si, donc en Classes préparatoires, l’échec au concours signifie qualité de la formation, en Licence cela devient « gâchis insupportable »! Que deviennent ceux qui arrêtent ? On n’en sait pas grand chose et on n’en dit rien : réorientation ? travail ? autres formations ? Sur quoi repose ces « données », on n’en sait rien, car au niveau des UFR et des universités le devenir des étudiants est très mal connu. Et les quelques recherches aujourd’hui accessibles sur cette question ne vont pas dans le sens du discours gouvernemental, loin s’en faut.
  • La qualité injuste et absurde du tirage au sort, tout le monde la reconnaîtra, mais elle a été une pratique très marginale et il existe d’autres moyens que ce Plan Étudiant pour la supprimer.
  • Enfin, sont crées des fictions de toutes pièces : après le malade imaginaire, l’étudiant imaginaire. De toutes parts est propagée la figure de l’étudiant perdu qui s’inscrit là où il n’a rien à faire ! Il a évité les mathématiques pendant tout le lycée, qu’à cela ne tienne, il veut absolument faire de la physique théorique en fac ! Il ne jure que par la musique mais c’est en STAPS qu’il s’inscrit… Pourtant qui ne sait parmi les enseignants comme parmi les étudiant-e-s que ceux qui ne sont pas là où ils devraient être sont plus victimes de l’absence de places que de neurones.

C’est à se demander si les prérequis pour gouverner ne sont pas, eux aussi, à revoir : quand il n’y a ni maitrise des données et des statistiques, ni définition et description objective du phénomène qu’on prétend réformer, peut-être devrait-on avoir la décence de poser les stylos, se taire et écouter un peu les spécialistes de l’enseignement supérieur qui, de toute évidence, ne sont pas au pouvoir.

Menée à la va vite par un ministère que l’on ne peut à priori soupçonner d’amateurisme, cette réforme universitaire qui vient, révèle au final son vrai visage, idéologique : « en finir avec le mythe de l’université pour tous » (selon les propres mots du Président Macron), bref interdire aux élèves des classes populaires et classes moyennes d’accéder aux études supérieures de leur choix. En un mot, les enfermer définitivement dans un destin scolaire qui sera leur tombeau social.


Annabelle Allouch, (sociologue, UPJV), Romuald Bodin, (sociologue, Nantes), Christel Coton, (sociologue, Paris 1), Laurence de Cock, (historienne, Fondation Copernic), Corine Eyraud, (sociologue, AMU), Laurence Giavarini, (littérature française, Université de Bourgogne, Sauvons l’université !), Matthieu Hély, (sociologue, UVSQ, Président de l’Association des Sociologues Enseignant-e-s du Supérieur), Bernard Lahire, (sociologue, ENS Lyon), Mathilde Larrère, (historienne, Paris-Est Marne-la-Vallée), Gérard Noiriel, (historien, EHESS), Sophie Orange, (sociologue, Nantes), Willy Pelletier, (sociologue, Fondation Copernic), Irène Pereira, (philosophe, ESPE de Créteil), Romain Pudal, (sociologue, CNRS), Johanna Siméant, (politiste, ENS), Jérémy Sinigaglia, (sociologue, IEP de Strasbourg)