Il est grand temps d’interdire les Flash-Ball et les grenades de désencerclement

Publié dans Le Monde, 17 janvier 2019 / Un collectif d’élus et d’intellectuels dénonce, dans une tribune au « Monde », la « loi anticasseurs » et, avec elle, « la mise sous tutelle du droit de manifester ».

La répression contre les « gilets jaunes » a été massive. Les chiffres en donnent toute l’étendue : plus de 5 600 interpellations et gardes à vue, plus de 1 000 condamnations. Le bilan officiel, fin 2018, recensait environ 3 000 blessés et mutilés. Des femmes et des hommes dont la vie aura été brisée.

Le gouvernement a fait le choix d’un maintien de l’ordre brutal et disproportionné face au mouvement : dispositifs policiers démesurés, journalistes bousculés et empêchés de travailler, gardes à vue et arrestations préventives, gazages et matraquages systématiques, évacuations violentes, tirs de Flash-Ball et de grenades de désencerclement, drones et hélicoptères, déploiement de blindés… En annonçant le retour de la loi « anticasseurs », invention de la droite après Mai 68, le premier ministre affiche la couleur. La désescalade n’est pas l’option du gouvernement. La matraque est désormais sa seule réponse politique !

Le choix de la force et de l’affrontement est toujours la tentation d’un pouvoir affaibli, ébranlé par une exigence démocratique et sociale qui vient des profondeurs du pays et qui le conteste. L’escalade répressive et l’utilisation intensive des moyens de police finissent d’ailleurs par mettre en danger les gendarmes et les policiers eux-mêmes.

Le président, le gouvernement, la majorité parlementaire et leurs relais médiatiques en appellent aujourd’hui à la défense des institutions et de la République pour mieux se protéger et justifier la criminalisation d’un mouvement qui ne saurait se résumer aux violences que nous condamnons. Ce faisant, ils nourrissent la logique infernale de la « provocation-répression » et minent en fait encore un peu plus les bases de notre pacte républicain.

Incompréhension de classe

Nous sommes bien en face d’une incompréhension de classe, doublée d’une tentative désespérée de mettre à l’abri une oligarchie qui a permis à Emmanuel Macron d’accéder au pouvoir. Ce choix de la répression et de la violence policière est à l’œuvre depuis longtemps dans les quartiers populaires et touche particulièrement les pauvres, les précaires, les jeunes, les migrants. Il est également à l’œuvre contre les ZAD et les mouvements d’écologie radicale. Les victimes de ces politiques avaient une vie, des familles, des rêves. Elles ont aussi des noms : Rémi Fraisse à Sivens (Tarn), Adama Traoré à Beaumont-sur-Oise (Val-d’Oise).

La « maladie sécuritaire » ne date pas d’aujourd’hui. Emmanuel Macron n’est qu’un accélérateur de particules. Il est le digne héritier des gouvernements précédents, qui avaient bien commencé le travail de régression en matière de libertés publiques et d’attaques contre le pacte social. Rappelons toutes les lois votées qui ont relégué le juge derrière le préfet, le procureur et le policier, suivies par le basculement, par cette nouvelle majorité, de dispositions de l’état d’urgence dans le droit commun. Aujourd’hui, Edouard Philippe n’a plus qu’à « piocher » dans cet arsenal répressif, « coconstruction » de la droite et du gouvernement Hollande-Valls, pour réprimer et diaboliser un mouvement auquel il ne veut pas répondre.

Les « gilets jaunes » ont mis le doigt sur tout ce qui ne va pas et le rappellent à chaque rond-point. Il est temps de trouver des remèdes pour soulager ce corps malade qu’est devenue la France et d’apporter des réponses concrètes aux attentes de justice et de démocratie exprimées par les manifestants, notamment le rétablissement de l’ISF, la mise en place du RIC (dont les modalités restent à définir), une fiscalité plus juste pour les PME et TPE, notamment celles travaillant pour la transition écologique, une réelle augmentation du smic et des minima sociaux, la baisse du prix des produits de première nécessité.

En finir avec l’arbitraire

Nous devons, et nous allons, combattre la nouvelle étape annoncée par le premier ministre dans la mise sous tutelle du droit de manifester, inspirée de la proposition de loi du sénateur Les Républicains Bruno Retailleau. Aujourd’hui, ce sont les « gilets jaunes » qui sont visés. Demain, nous pourrons l’être toutes et tous.

Il est grand temps d’abandonner et d’interdire toutes les armes dites non létales dont l’utilisation conduit à des mutilations ou à des morts, telles que les Flash-Ball et les grenades de désencerclement, et d’en finir avec l’arbitraire de l’Etat policier, des lois et de la justice à deux vitesses, qui garantissent aux puissants et aux forces de l’ordre l’impunité et imposent à celles et ceux qui contestent l’ordre établi la répression sans limites.

Mais au-delà de ce combat contre la criminalisation et la répression de masse, et pour nos libertés, une autre responsabilité nous incombe à toutes et à tous, qui exige la mobilisation la plus déterminée possible : celle de pousser au changement que les « gilets jaunes » et tant de citoyens exigent à raison aujourd’hui.

Premiers signataires : Esther Benbassa, sénatrice EELV de Paris ; Sergio Coronado, ancien député, et Noël Mamère, ancien député et ancien maire écologiste.

Autres signataires : Pouria Amirshahi, journaliste ; Patrick Apel-Muller, directeur de la rédaction de L’Humanité ; Cathy Apourceau-Poly, sénatrice PCF du Pas-de-Calais ; Eliane Assassi, sénatrice PCF de Seine-Saint-Denis ; Jean-Christophe Attias, universitaire ; Clémentine Autain, députée LFI de la 11e circonscription de Seine-Saint-Denis ; Guillaume Balas, coordinateur de Génération.s ; Julien Bayou, conseiller régional Ile-de-France, porte-parole d’EELV ; David Belliard, président du groupe des élus écologistes au Conseil de Paris ; Ugo Bernalicis, député LFI de la 2e circonscription du Nord ; Olivier Besancenot, ancien porte-parole du NPA, facteur ; Eric Bocquet, sénateur PCF du Nord ; Youcef Brakni, comité Adama ; Céline Brulin, sénatrice PCF de Seine-Maritime ; Damien Carême, maire EELV de Grande-Synthe (Nord) ; Hugues Charbonneau, producteur ; Laurence Cohen, sénatrice PCF du Val-de-Marne ; Antoine Comte, avocat ; Yves Contassot, animateur de l’espace Idées de Génération. s ; Eric Coquerel, député LFI de la 1re circonscription de Seine-Saint-Denis ; Alain Coulombel, secrétaire national adjoint d’EELV ; Laurence De Cock, historienne ; Didier Eribon, philosophe ; Fabien Gay, sénateur PCF de Seine-Saint-Denis ; Guillaume Gontard, sénateur écologiste de l’Isère ; Nicolas Haeringer, militant de la justice climatique ; Eva Joly, députée européenne EELV ; Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue ; Mathilde Larrère, historienne ; Pierre Laurent, sénateur PCF de Paris ; Jean-Paul Lecoq, député PCF du Havre ; Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice de Paris apparentée CRCE ; Edouard Louis, écrivain ; Pierre Mairat, avocat, coprésident du MRAP ; Jean-Luc Mélenchon, président du groupe LFI à l’Assemblée nationale ; Claire Monod, conseillère régionale d’Ile-de-France, coordonnatrice de Génération. s ; Danièle Obono, députée LFI de la 17e circonscription de Paris ; Pierre Ouzoulias, sénateur PCF des Hauts-de-Seine ; Thomas Porcher, économiste ; Sabine Rubin, députée LFI de la 9e circonscription de la Seine-Saint-Denis ; Pascal Savoldelli, sénateur PCF du Val-de-Marne ; Serge Slama, professeur de droit public à l’université de Grenoble-Alpes ; Sophie Taillé-Polian, sénatrice Génération.s du Val-de-Marne ; Assa Traoré, comité Adama ; Marie-Christine Vergiat, députée européenne FG.